Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 22:22

Mohammed YOUNES, qui réalise sa thèse dans le cadre du programme GenEndurance, a présenté jeudi 28 février à la 39ème Journée de la Recherche Equine (link) les résultats de son travail portant sur l'analyse des données de chronométrage relevées entre 2007 et 2011 sur des épreuves de 80 km à 160 km par ATRM (link). Les 3 critères disponibles : vitesse moyenne (V.moy), temps de récupération (T.récup) et fréquence cardiaque de récupération (FC.récup) ont été analysés en fonction de l'issue de la course (classé-C ou éliminé-NC) afin de déterminer si ces paramètres peuvent être indicateurs du risque d'élimination sur la course.

 

Résultat des courses :

Parmi les 7033 partants, 39% ont été éliminés (NC), essentiellement (64,5%) pour boiterie (LA). Aux UAE, la proportion d'éliminations pour cause métabolique (10,4% des partants) est 2 fois plus élevée qu'en Europe (France, Espagne ou Portugal).

 

Vitesse en course :

La vitesse moyenne est plus élevée sur les épreuves de 120 à 139 km que sur les courses de 80 à 119 et de 140 à 160 km (P<0,001). La vitesse moyenne de course varie selon les causes d’élimination. Les chevaux éliminés pour boiterie (LA) ont une V.moy significativement plus élevée (18,1 km/h) que les autres éliminés, les métaboliques (17,4 km/h) et les abandons (17,4 km/h).

 

Moyenne (écart-type) de la V.moy et du T.moy.récup selon les causes d’élimination

 

Temps de récupération :

Quelle que soit la distance de course et l'étape de la course, les éliminés (NC) mettent plus de temps à récupérer que les classés (C) (P<0,0001). Le temps moyen de récupération (T.moy.récup) est plus élevé sur des épreuves de 80 à 119 km (C=5min19s, NC=8min07s) que sur des épreuves de 120 à 139 km (C=4min28s, NC=6min28s) et de 140 à 160 (C=4min04s, NC=6min12s) (P<0,0001).

Les ME ont un temps moyen de récupération (T.moy.récup) plus élevé (8min32s) que les autres éliminés (LA=5min12s et RET=6min35s) pendant la course (P<0,0001).

Sur toutes les étapes de la course les ME mettent plus du temps (P<0,0001) pour récupérer que les LA et les RET.

 

Fréquence cardiaque de récupération :

La FC.récup est plus élevée (61,8±5,3 bpm) chez les éliminés pour trouble métabolique (ME) que chez les boiteux (57,3±4,5 bpm) et les abandons (58,0±4,5 bpm) P<0,001.

La FC.récup des LA et des RET augmente légèrement durant la course avec des valeurs au-dessous du seuil d’élimination. En revanche, la FC.récup des ME augmente à chaque étape de la course et, en moyenne, dépasse largement le seuil d’élimination (64 bpm) sur les deux dernières étapes de la course.

 

Variation de la FC.récup à chaque étape de la course selon les causes d’élimination


Au bilan, cette étude montre que les chevaux les plus rapides sur la course présentent un risque plus élevé d'être éliminés pour boiteries ; les chevaux éliminés pour troubles métaboliques quant à eux mettent plus longtemps à récupérer au vet-gate et avec des fréquences cardiaques plus élevées.

 

Ces résultats ont un intérêt pratique pour les cavaliers et pour les vétérinaires :

- pour limiter le risque d'élimination, les cavaliers doivent adapter leur vitesse de course aux capacités et au niveau d'entraînement de leur cheval ;

- tout cheval qui met plus de temps que les autres à récupérer ou dont le temps de récupération augmente d'une étape à l'autre présente un risque de développer des troubles métaboliques ; il devra donc être examiné avec soin par les vétérinaires et surveillé attentivement par son cavalier.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by genendurance
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : GenEndurance
  • GenEndurance
  • : Site d'information du projet de recherche GenEndurance. Ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’équipe de Biologie Intégrative et de Génomique Equine de l’INRA (Dr Eric BARREY et coll.) et l’Ecole Vétérinaire d’Alfort (Dr Céline ROBERT). Il a pour objectifs de déterminer les combinaisons de gènes et les caractéristiques phénotypiques (biochimie, métabolisme, morphologie et allures) favorables ou défavorables à la performance en course d'endurance.
  • Contact